Actualité du don de sang et de la transfusion
partager sur facebookpartager sur twitter

Essai clinique Coviplasm a débuté en France

photo de plasmas thérapeutiques congelés

Comme les autres pays du monde, la France a décidé de mettre en place un essai clinique en testant la transfusion de plasma de patients guéris du COVID-19 sur des patients atteints de ce même virus, afin d'en déterminer l'efficacité.

Le plasma des personnes guéries du Covid-19, contient des anticorps dirigés contre ce virus, que leur organisme a développé. Ces anticorps contenus dans leur plasma, pourraient aider les patients en phase aiguë de la maladie à lutter contre le virus.

Cette étude est réalisée par le Pr Karine LACOMBE, chef du Service des maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital Saint-Antoine – AP-HP, Sorbonne Université. D'autres équipes seront également à l'Inserm et également à l'Etablissement Français du Sang (EFS) avec le Pr Pierre Tiberghien.

Dans un premier temps, l'EFS doit trouver des donneurs de plasma ayant été contaminés par le virus du COVID-19. Il faut que ces donneurs aient eu une virémie importante. Cette recherche de donneurs a débuté le 7 avril dernier dans trois régions (Ile-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté).

Les donneurs devront être guéris depuis au moins 14 jours. Le prélèvement se fera comme habituellement pour les dons de plasma, par plasmaphérèse. Pour cette étude, l'EFS devra prélever 600 ml de plasma chez près de 200 patients guéris, permettant ainsi la mise à disposition de 600 unités de 200 ml de plasma.

Cet essai clinique comptera 60 patients dans des hôpitaux parisiens, dont la moitié bénéficiera de l'apport en plasma-convalescent. Deux unités de plasma de patient convalescent de 200 à 220 ml chacune, seront transfusées au 6ème jour ( /- 1 jour) du début des symptômes cliniques.

Les premiers résultats seront rendus deux à trois semaines après le début de l'essai clinique. Ils permettront de déterminer les suites à donner à la transfusion de plasma-convalescent dans cette crise sanitaire au COVID-19.